Actualités

Concours National de la Résistance et de la Déportation 2018 dans la catégorie production collective Lycée

Par MARIA MORAIS, publié le vendredi 8 juin 2018 11:04 - Mis à jour le vendredi 8 juin 2018 11:04
ART.CNR1.jpg
Mercredi 23 mai 2018, pour la quatrième année consécutive, le lycée La Pléiade s’est illustré en se classant premier du département pour le Concours National de la Résistance et de la Déportation 2018 dans la catégorie production collective Lycée.

ET DE QUATRE …!

 

C’est des mains même du préfet de l’Isère que les élèves lauréats du lycée, qui avaient fait le déplacement avec leur professeur d’Histoire Géographie Anna DI MARCO, ont reçu leur prix avec beaucoup d’émotion dans la salle de réception de la Préfecture de Grenoble d’autant plus que leur film a fait l’objet d’une diffusion devant le Préfet, d’autres membres de l’administration du département et des représentants d’associations d’anciens résistants et déportés.

Leur production sera évaluée en juin à Paris pour un éventuel prix national, résultat en octobre 2018 !

Ils vont aussi participer à un voyage récompensant les lauréats départementaux organisé par l’UNADIF-FNDIR 38  du vendredi 7 au dimanche 9 juin 2018, sur l’île de SEIN où les 133 Sénans ont répondu présents  après l’appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940  et visiter aussi la ville de Brest.

 

 Cette année pour traiter le thème du CNRD « S’engager pour libérer la France » les élèves de première européenne italien : Souhaila BENKHALQUI  en première L Maxime MANIGAS et Nathan PIERSON tous deux en première SSI ont  choisi de  réaliser une production audiovisuelle dont le montage vidéo a été confié à un élève de terminale SSI Mehdi EL BOURI.

Elle prend la forme d’une émission de télévision sur une chaine franco italienne fictive, « Viaggio Nella Storia » (Voyage à travers l’Histoire).

Ils ont réfléchi sur quelles pouvaient être les motivations et les moyens d’action de celles et ceux qui se sont engagés pour libérer la France, que ce soit les résistants français ou encore les membres des MOI, nombreux dans la région.

Ils privilégié des exemples locaux à travers le parcours du jeune résistant tombé pour la France à Pont de Chéruy : Joannes MEZIN. Mais la région compte aussi de nombreux italiens et ils se sont intéressés à leur motivations et parcours dans l’engagement à la fois dans la libération du territoire mais aussi après la guerre.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’ils souhaitent poursuivre cette expérience l’an prochain !